La Suisse, l’autre pays du confinement

Ce jeudi 16 avril 2020, le Conseil fédéral, le gouvernement suisse, a annoncé les dates pour la levée progressive du confinement dans l’ensemble de la Confédération helvétique, quelques jours après les annonces d’Emmanuel Macron en France. Alain Berset, Conseiller fédéral en charge de l’Intérieur et de la Santé, a résumé la sortie de crise du Coronavirus avec une formule qui restera sans doute dans les annales : « Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire »[1].

Un déconfinement « lent » et « progressif » souhaité donc, mais qui débutera très rapidement, à partir du 27 avril prochain. A cette date, les cabinets médicaux, les salons de coiffure et de massage et les instituts de beauté pourront rouvrir, tandis que les autres magasins, les marchés de même que les écoles devront eux attendre le 11 mai. Les établissements scolaires du second degré, les écoles professionnelles et les universités rouvriront quant à eux normalement à partir du 8 juin.

Depuis le 16 mars dernier, l’ensemble de la Suisse avait pris des mesures de confinement de la population. 16 mars-11 mai ? Le calendrier helvétique du Coronavirus semble très proche du français. Néanmoins les similitudes s’arrêtent aux aspects calendaires, tant l’approche de la gestion de cette crise sanitaire inédite s’avère différente entre les deux voisins.

En effet, depuis le 16 mars, les mesures adoptées en Suisse relèvent d’un semi-confinement de la population, et non d’un confinement total comme en France. A condition de respecter la distanciation sociale, toutes les sorties individuelles sont autorisées sans motif et seuls les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits.

Ainsi ces dernières semaines, les Suisses ont bien évidemment subi des restrictions de leurs libertés difficiles à vivre, comme tout un chacun, en Europe et dans le monde entier (nous sommes à plus de 4 milliards de personnes confinées sur l’ensemble de la planète). Néanmoins, ils ont pu sortir, se balader sans crainte d’être verbalisés à tous les coins de rue, et voir, bien évidemment de façon très mesurée, tant leurs proches que leurs amis. On observait ainsi à Genève ces dernières semaines les gens se promener en famille autour du lac tandis qu’en France au même moment, chacun se claquemurait. Ce qui avait notamment fait intervenir le sénateur de Haute-Savoie Loïc Hervé auprès des autorités françaises, inquiet de voir des Genevois se promener tranquillement dans la campagne du Grand Genève des deux côtés de la frontière le weekend des 21 et 22 mars derniers, auquel avait promptement répondu Antonio Hodgers, Président du Conseil d’état genevois[2].

Pendant ce temps, dans l’Hexagone, les amendes pour non-respect du confinement pleuvaient sur les têtes, comme si les gens n’étaient pas déjà suffisamment désorientés par la situation, craignant de perdre leurs aînés, s’improvisant professeur, psychologue, éducateur et cuisinier à temps plein auprès de leurs enfants privés d’école depuis plus d’un mois, tout en tentant de concilier le télétravail pour les plus chanceux d’entre eux.

Les forces de l’ordre françaises ont déjà infligé à la population plus de 762 000 amendes pour non-respect du confinement, après plus d’un mois de répression[3]. Sans même vouloir faire de mauvais esprit, beaucoup ont pu souligné à juste titre que le gouvernement français était bien plus efficace dans la distribution d’amendes que dans celle de masques et de tests, dont on attend toujours le plan clair et efficace à grande échelle. Sans compter toutes les situations absurdes, les contrôles arbitraires et les violences policières qui se sont déroulées depuis le début du confinement[4].

Alors laxistes les Suisses ? Avec leur semi-confinement, ils auraient dû logiquement subir plus d’effets néfastes du Coronavirus que les Français et leur confinement strict, surveillés de près par les autorités et leur Président « en guerre » contre le virus.

Si on regarde les chiffres, en cette mi-avril, la France compte officiellement 17 920 décès dus au Covid 19 pour 67 millions d’habitants, soit un taux de mortalité de 0,027 %. La Suisse elle déplore 1281 personnes décédées sur un total de 8,7 millions d’habitants, soit un taux de mortalité de 0,015 %. Evidemment en prenant en compte l’ensemble des populations, les chiffres ne veulent pas dire grand-chose, tant les situations sont diverses. Mais avec un chiffre presque deux fois moindre, on peut tout de même en conclure en toute bonne foi que la Confédération helvétique ne fait pas pire que la République française. En tous cas, elle a plus parié sur la responsabilisation de sa population et sur son sens civique que sur la bonne vieille répression policière à la Française.

Comme l’écrit Antonio Hodgers dans sa réponse au Sénateur français : « La Suisse a considéré que la seule manière de ralentir la diffusion du virus est la compréhension par chacun.e des règles sanitaires. Que l’adhésion de la population est un outil bien plus efficace que toutes les forces de police qui ont d’ailleurs d’autres enjeux à gérer ». Ajoutant : « Dans un pays où la responsabilité civique et la confiance dans le système se veulent élevées (…) n’est-il pas normal de penser que la grande majorité de la population est adulte et responsable et donc capable d’appliquer par elle-même les règles sanitaires dans l’espace public ? »

Alain Berset qualifiait lui en mars dernier les mesures de confinement strict prises en France de « politique spectacle »[5]. On ne peut pas lui donner entièrement tort.

Cette crise sanitaire du Coronavirus fait d’ores et déjà s’interroger de plus en plus de monde, et c’est tant mieux, sur la nécessité d’imaginer un monde d’après beaucoup plus respectueux du climat et de l’environnement. Elle pourrait également être l’occasion de relancer la réflexion sur la pertinence des institutions hyper centralisées de la Ve république.

La comparaison avec l’Allemagne fédérale et ses puissants länder, dont la gestion très efficace de la pandémie, reconnue par tous, n’est déjà pas à notre avantage[6]. La comparaison avec la Suisse et ses cantons ne semble pas nous faire plus honneur.

Alors plutôt qu’un Président jupitérien se mettant en scène, des institutions décentralisées et résilientes au plus près des besoins de leur population seraient sans doute plus utiles aux Français.

Ne reste plus qu’à citer Coluche qui disait : « Y’a un pays qui est bien, c’est la Suisse. C’est propre la Suisse. On ne peut pas y attraper de maladie. On peut attraper que des médicaments. » Mais c’est une autre de ses blagues qui fait bien plus mouche à Genève : « Savez-vous pourquoi les Français ont choisi le coq comme emblème ? C’est parce que c’est le seul oiseau qui arrive à chanter les pieds dans la m… ! »


[1] Voir Le Matin du 17 avril 2020 : https://www.lematin.ch/suisse/alain-berset-pied-gaz-pied-freins/story/17990340

[2] Lire la réponse d’Antonio Hodgers au Sénateur français sur Heidi News le 10 avril 2020 : https://www.heidi.news/sante/la-reponse-d-antonio-hodgers-au-senateur-qui-accuse-la-suisse-de-menacer-la-sante-des-francais

[3] Lire le Huffington du 17 avril :  https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-non-respect-du-confinement-a-engendre-1733-gardes-a-vue-et-762106-amendes_fr_5e98e296c5b6a92100e49aaa

[4] Lire notamment l’article publié par Basta le 9 avril : https://www.bastamag.net/attestation-controle-deplacement-PV-amendes-violences-policieres-confinement-covid

[5] Lire par exemple le 20 Minutes du 21 mars : https://www.20minutes.fr/monde/2745119-20200321-coronavirus-suisse-durcit-mesures-ecarte-tout-confinement

[6] Lire Le Parisien du 17 avril : http://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-l-epidemie-est-desormais-sous-controle-en-allemagne-17-04-2020-8301201.php

Publié par Benjamin Joyeux

Journaliste indépendant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :