Clé-de-Rive : un parking déplacé

Le comité référendaire contre le parking Clé-de-Rive a lancé sa campagne ce jeudi, un projet polémique qui prévoit 500 nouvelles places souterraines de stationnement et la piétonisation de cinq rues en plein cœur de Genève.

Composé d’une dizaine d’associations et de partis de gauche[1], le comité référendaire présentait ce jeudi 14 janvier au matin lors d’une conférence de presse virtuelle (Covid 19 oblige) sa campagne de communication contre le Parking Clé-de-Rive à Genève, projet qui sera soumis au vote le 7 mars prochain.

Ce projet de parking prévoit 500 nouvelles places de parking souterraines, financées par le privé, et la piétonisation de cinq rues supplémentaires dans le quartier des Eaux Vives, qui coûteront 34 millions de CHF au contribuable genevois.

L’inutile parking de la discorde

Ce projet de nouvelles places de stationnement dans un quartier d’ores et déjà très dense en termes de circulation automobile avait été accepté en novembre 2019 à une courte majorité par l’ancien Conseil municipal genevois (de droite). Mais depuis les élections de mars 2020, la majorité a changé et le nouveau Conseil municipal s’est déclaré opposé au projet.

Un projet « ringard », « incompréhensible » et « totalement hors de propos » … Voici quelques-uns des termes fleuris choisis par le comité référendaire ce jeudi pour désigner ce parking, malgré la communication faite par ses promoteurs autour des cinq nouvelles rues piétonnes prévues. Une communication hypocrite pour le conseiller municipal socialiste Tim Fontolliet, qui souligne que les promoteurs immobiliers du Parking Clé-de-Rive n’utilisent jamais le mot « parking », mais préfèrent parler de « hub de mobilité souterrain » (sic). La conseillère municipale verte Delphine Wuest insiste elle tant sur la désuétude que sur l’inutilité de ce parking, dans un quartier où l’on en compte déjà sept, qui plus est sous-utilisés la plupart du temps, comme le souligne Alice Genoud pour l’ATE.

Image de synthèse du projet vendu par ses promoteurs

Un « aspirateur à voiture » fatal pour les arbres

Non seulement inutile, mais qui plus est nuisible, car d’après la représentante de l’ATE, ce projet va favoriser les déplacements motorisés, car les parkings sont généralement des « aspirateurs à voiture », terme repris également par Ariane Arlotti du Parti du Travail. Sans compter que la réalisation du nouveau parking nécessitera également l’abattage de 69 arbres, dont 9 centenaires.

Bref, n’en jetez plus. Thibault Shneeberger, d’Actif-trafiC, résume le parking Clé-de-Rive comme un projet « hors de propos, daté et incompréhensible ». Le comité référendaire a désormais jusqu’au 7 mars pour convaincre, notamment via une campagne d’affichage et un nouveau site Internet détaillé et riche en arguments[2], une majorité de la population genevoise.

Benjamin Joyeux


[1] Les Vert.e.s, le Parti Socialiste, Ensemble à gauche, SolidaritéS – DAL, le Parti du travail, Actif-trafiC, Vivre aux Eaux-Vives, SURVAP – habitants des Pâquis, l’ ATE, PRO VELO Genève, les  Entrepreneurs progressistes, le SIT (Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs) 

[2] https://non-clederive.ch/

Publié par Benjamin Joyeux

Journaliste indépendant

Un avis sur « Clé-de-Rive : un parking déplacé »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :